Les usages et les coutumes

Les moutons de Panurge passèrent tous, jusqu'au dernier, là où le premier passa.

Le troupeau humain fait de même sans en chercher la raison. En suivant les sentiers battus par la routine, on ne se demande même pas s'il y a des chemins plus courts pour mener au but que l'on veut atteindre. 

C'est, ainsi, que des habitudes, des usages et des coutumes se perpétuent depuis l'époque des Gaulois, des Grecs et des Romains.

De ces usages, il y en a de bons qu'il faut conserver, et de mauvais qu'il faudrait abandonner. On n'y pense pas : et si l'on y pensait, on les suivrait quand même pour éviter le « qu'en dira-t-on ».
 

Socrate a bu la ciguë ; et, après avoir démontré que la terre tourne, Galilée dut honteusement déclarer qu'elle est immobile au centre du monde. Il faut reconnaître que, pour s'affranchir de la routine et des préjugés, pour rompre délibérément avec des usages et des coutumes plusieurs fois millénaires, si la folie n'a pas pris la place de la raison, le novateur doit posséder assez de force, assez de qualités pour ne pas succomber sous les critiques, les sarcasmes et les moqueries de tous ceux qu'il devance.