Les maux et leurs significations

  • Maux de tête

    Au-delà de toutes causes physiques (maladie, faim, tumeurs et déséquilibres). Les maux de tête peuvent être le signe que vous manquez d'ancrage et que vous êtes sorti de votre corps.

  • Les oreilles

    Les oreilles sont connectées psychiquement au cinquième chakra. Elles peuvent parfois capter des messages parapsychiques qui peuvent prendre la forme d'acouphènes (peuvent être d'origine physique avec un déséquilibre électrique ou vertèbre déplacée, peuvent même être causé par un plombage métallique qui capte les ondes de radio et télédiffusion), d'otites chroniques, du besoin constant d'équilibrer la pression dans les oreilles ou de la perception de voix.

    La clairaudience (entendre des voix) est une aptitude parapsychique difficile à maîtriser et, puisqu'il s'agit d'un des principaux symptômes de la schizophrénie, il est particulièrement difficile d'en faire part aux spécialistes de la santé.

    Pour les clairaudients, il est bon de se centrer et de se distancier de la réception troublante ou incontrôlable de messages parapsychiques.

     

    photo http://frantsesenia.com/wp-content/uploads/2017/01/oreille2.jpg

    Photo : http://frantsesenia.com/wp-content/uploads/2017/01/oreille2.jpg

  • La respiration et la récupération des forces

    La respiration joue donc un rôle important dans la récupération des forces.

     

    Il est, par conséquent, fort avantageux d’apprendre à respirer, c’est-à-dire, à gonfler la poitrine en faisant manœuvrer tous les muscles, de la poitrine et de l’abdomen, puis de chasser complètement l’air vicié se trouvant dans les poumons.

     

    L’inspiration et l’expiration se font à un rythme lent, de façon à laisser à l’oxygène, le temps de pénétrer dans toutes les cavités de la masse pulmonaire et d’y accomplir son œuvre.
     

    De plus, le mouvement de va et vient des muscles du thorax et de l’abdomen :

     

    • Comprime et libère successivement les viscères ;

    • Active la circulation ;

    • Favorise la digestion ;

    • Et permet une évacuation normale des résidus de la digestion.

     

     

    La respiration, profonde se divise en trois : inspiration, arrêt, expiration. Le deuxième temps « arrêt » devra progressivement augmenter en durée, la bouche close. Les narines se dilatent, puis se contractent.
    Pendant chaque séance de gymnastique respiratoire, le nombre de mouvements respiratoires ira de dix à vingt-cinq, sans se reposer. Les premiers essais seront d’abord fatigants, mais bientôt les difficultés disparaissent peu à peu, et on ne tarde pas à éprouver un sentiment de calme qui s’accompagne de l’acquisition d’une somme importante de force physique et morale.
     

    Selon Hector Durville  dès les premiers exercices :

     

    • Le regard prend de l’assurance ;

    • Le cœur se gonfle d’espérance ;

    • Les forces grandissent ;

    • L’énergie s’accroît ;

    • L’activité redouble ;

    • Les affections du cœur, des poumons, de l’estomac et de l’intestin s’améliorent. Il en est de même pour les troubles nerveux et sanguins ;

    • Les idées fixes, obsédantes disparaissent.