En cas de fatigue psychique

Avoir recours à la marche à grands pas, la poitrine largement ouverte, à l’air pur, de préférence dans un paysage reposant et arboré car il ne faut pas oublier que l’air pur fourni l’oxygène qui est la source de vie en régénérant les cellules de l’organisme vivant. C’est l’élément de combustion qui procure la chaleur nécessaire au bon fonctionnement des organes.


La respiration joue un rôle important dans la récupération des forces.

Il est, par conséquent, fort avantageux d’apprendre à respirer, c’est-à-dire, à gonfler la poitrine en faisant manoeuvrer tous les muscles, de la poitrine et de l’abdomen, puis de chasser complètement l’air vicié se trouvant dans les poumons.

 

L’inspiration et l’expiration se font à un rythme lent, de façon à laisser à l’oxygène, le temps de pénétrer dans toutes les cavités de la masse pulmonaire et d’y accomplir son oeuvre.

 

De plus, le mouvement de va et vient des muscles du thorax et de l’abdomen compriment et libèrent successivement les viscères active la circulation, favorise la digestion et permet une évacuation normale des résidus de la digestion.

 

La respiration, profonde se divise en trois :

Inspiration - Arrêt - Expiration.

 

Le deuxième temps « arrêt » devra progressivement augmenter en durée, la bouche close. Les narines se dilatent, puis se contractent.


Pendant chaque séance de gymnastique respiratoire, le nombre de mouvements respiratoires ira de dix à vingt-cinq, sans se reposer. Les premiers essais seront d’abord fatigants, mais bientôt les difficultés disparaissent peu à peu, et on ne tarde pas à éprouver un sentiment de calme qui s’accompagne de l’acquisition d’une somme importante de force physique et morale.


Selon H. Durville, « dès les premiers exercices, le regard prend de l’assurance. Le coeur se gonfle d’espérance. Les forces grandissent, l’énergie s’accroît, l’activité redouble. Les affections du coeur, des poumons, de l’estomac et de l’intestin s’améliorent. Il en est de même pour les troubles nerveux et sanguins. Les idées fixes, obsédantes disparaissent. »

 

Img 20160619 210724